Nos services

Dentisterie

Dentisterie : Introduction

Bienvenue dans le monde de la dentisterie animale ! Je pratique avec passion la dentisterie vétérinaire depuis près de 20 ans et j’ai souhaité partager cette expérience avec vous. Cette partie du site a pour objet de vous apporter de l’information et quelques éléments de réflexion sur les possibilités actuelles en dentisterie animale.

Les dents c’est important pour votre animal : des dents abimées ou fracturées peuvent engendrer de la douleur (pas toujours visible), une mauvaise haleine, des maladies du rein, du cœur ou du foie…. Vous trouverez tout d’abord un petit lexique illustré ; je vous conseille de le parcourir afin de bien comprendre la signification des termes employés en dentisterie. Vous pourrez ainsi mieux profiter du contenu des rubriques développées ensuite : diagnostic et radio dentaire, maladie parodontale, fracture dentaire, extraction et chirurgie ORL, prothèses couronnes et implants dentaires, orthodontie, particularités du chat. Je reste bien sur à votre disposition pour toute information complémentaire, en ne perdant pas de vue que chaque cas est particulier et que les exemples choisis ne sont pas applicables dans toutes les situations…

Bonne visite Francois DEBETTE, vétérinaire

Lexique illustré

Les différentes parties de la dent

La dent est constituée de deux parties.

– la couronne : c’est la partie visible de la dent en bouche.

la racine : elle est recouverte par un tissu minéral, le cément. Elle est située sous la gencive et est ancrée dans une alvéole osseuse par des fibres ou ligament parodontal.

Le collet constitue la limite entre la couronne et la racine.

Si on coupe une dent dans le sens de la hauteur on distingue de l’extérieur vers l’intérieur :

Au niveau de la couronne

L’émail : recouvrant la couronne, c’est un tissu fortement minéralisé (tissu le plus dur de l’organisme).

La dentine : située sous la couche d’émail elle est moins minéralisée et constitue la majeure partie de la dent.

La pulpe dite coronaire : c’est la partie vivante de la dent. Située sous la dentine, elle est constituée de vaisseaux sanguins et de nerfs qui assurent l’apport des nutriments nécessaires au maintien en vie de la dent mais aussi de sa sensibilité. Elle se continue vers le bout de la dent par la pulpe dite radiculaire.

Au niveau de la racine

La pulpe dite radiculaire : en continuité avec la pulpe coronaire, elle communique avec le reste de l’organisme (vaisseaux sanguins et nerfs) par un orifice situé à l’extrémité de la racine (apex ou delta apical).

LE PARODONTE : SOUTIEN DE LA DENT

La cavité buccale est composée de tissus mous (muqueuses) et de tissus durs (dents et os ).

On définit le parodonte comme l’ensemble des tissus de soutien de la dent ; le parodonte regroupe la gencive, le cément, le ligament parodontal, et l’os alvéolaire.

parodonte (gencive) sain chez le chien

Parodonte (gencive) sain chez le chien

La gencive : elle est formée d’une partie libre (lâche) qui entoure la couronne de la dent au niveau de son collet et d’une partie attachée (plus épaisse et non mobile) à l’os qui recouvre le reste de la dent (racine). Elle représente une jonction « étanche », au niveau du sulcus, entre l’extérieur et l’intérieur de la mâchoire ce qui est unique dans l’organisme.

Le cément : c’est une couche de tissu minéralisé qui recouvre la totalité de la racine

Le ligament parodontal : constitué d’un ensemble de fibres, c’est une sorte de système hydraulique amortisseur de la dent qui s’insère d’une part dans l’os, d’autre part dans le cément.

L’os alvéolaire : c’est l’os dans lequel est ancrée la dent. Il est poreux et creusé de petites alvéoles dans lesquelles passent des vaisseaux sanguins et des nerfs.

Le sillon gingival ou sulcus: c’est l’espace existant entre la gencive et la dent. La salive et un fluide gingival parcourt ce sillon qui mesure de 1 à 3 mm dans des conditions normales.

parodonte (gencive) sain chez le chien

Anatomie dentaire du chien : la dent et le parodonte

INFLAMMATION OU MALADIE DU PARODONTE

La gingivite est par définition une inflammation de la gencive, causée par la plaque bactérienne.

Une gencive saine présente un aspect rose pâle, et ne saigne pas au contact. Lors de la gingivite, la gencive devient rouge (toute variation de couleur signe une situation pathologique), lisse et gonflée.

Elle saigne facilement, soit lors du brossage soit parfois même spontanément.

La parodontite consiste en une inflammation du parodonte. La parodontite est une forme de maladie parodontale, au même titre que la gingivite, mais de stade plus avancée et souvent irréversible.

La plaque dentaire bactérienne est une substance blanchâtre qui se dépose à la surface de la dent. Elle est essentiellement constituée de muccopolysaccharides, de bactéries et de toxines secrétées par ces dernières. Cette trame constitue un milieu de vie propre rend les bactéries jusqu’à 1000 fois plus résistantes aux antiseptiques et antibiotiques.On parle de  Biofilm.

LEXIQUE  DENTAIRE GÉNÉRAL 

Caries

Les caries résultent en général d’un manque d’hygiène dentaire. Les bactéries (streptoccocus mutans) se déposent sur les dents au niveau des sillons et anfractuosités. Ces bactéries transforment le sucre en énergie et relarguent un acide (l’acide lactique) comme résidu. Cet acide qui attaque l’émail est responsable de la déminéralisation (destruction des minéraux de l’émail dentaire), ce qui engendre la carie. Lorsque la carie arrive jusqu’au nerf sensible de la dent, cela peut provoquer de fortes douleurs. Chez l’homme, plus de 95 pour-cent des européens souffrent de la maladie populaire que sont les caries. Chez le chien et le chat la carie est plus rare, de part leur alimentation pauvre en sucre et de part une dentition sécodonte (qui est faite pour couper et non pour broyer, donc peu de table d’usure sur les dents).

Cément

Le cément est une couche de tissu  qui entoure la dentine au niveau de la racine.Il participe à l’ancrage de la dent dans l’alvéole.

Céramique

La céramique est utilisée comme matériau dentaire dans le laboratoire dentaire. Elle est bien tolérée et ressemble à l’émail dentaire naturel. Légèrement transparente, solide, il est pratiquement impossible de distinguer la céramique d’une dent naturelle, même en pleine lumière.

Céramo-métallique

Le terme « céramo-métallique » est utilisé pour les couronnes et les bridges, qui se composent d’une chape métallique et qui est recouverte de céramique.

Collet 

il représente la limite entre la racine le la couronne (recouverte d’émail).

Composite

Un composite est un matériau dentaire de la même couleur que les dents, qui se compose de résines polymères  et de différentes matières de remplissage (particules de céramique ou de verre) qui augmente sa résistance.

Couronne

La couronne est un terme générique pour la partie visible d’une dent, indépendamment du fait qu’il s’agisse d’une dent naturelle ou bien d’une prothèse. La couronne, en tant que synonyme de prothèse, existe sous différentes formes et dans différents matériaux.

Cuspide

Le dentiste appelle « cuspides » le relief sur les molaires et prémolaires. Lors de la mastication, elles permettent un engrènement dentaire optimal. Seules quelques prémolaires et molaires ont des cuspides chez l’animal.

Dentine

On appelle « dentine » le corps de la dent. C’est un tissu vivant partiellement minéralisé;  la dentine est plus dure que l’os et moins dure que l’émail dentaire. On l’appelle également «ivoire».

Dentition

La dentition est le processus de formation des dents; par exemple on dira qu’un chien a deux dentitions successives : une de lait et une définitive.

Denture

C’est l’ensemble des dents présentes dans la bouche. La denture d’un chien adulte se compose de 42 dents.

Dépôt dentaire

voir plaque dentaire ou biofilm

Diastème

Le diastème est l’espace visible entre deux dents. Un tel espace se forme souvent entre les dents incisives centrales lorsque le frein labial est inseré bas (cf infra). on parle chez l’homme de « dents du bonheur » pour décrire cet  espace dentaire.

Email dentaire

L’émail dentaire est la substance dure externe qui recouvre la partie visible de la dent (couronne). L’émail dentaire est la substance la plus dure qui existe dans le corps humain. En dessous de l’émail se trouve la dentine qui elle-même entoure la cavité pulpaire.

Endodontie

L’endodontie définit le domaine de la dentisterie qui traite des problèmes liés à la pulpe dentaire.

Flore buccale

On appelle « flore buccale » la colonie naturelle d’innombrables microorganismes et bactéries se trouvant dans l’espace buccal et dans la salive. Une flore buccale saine compte plus de 400 bactéries différentes et présente un équilibre biologique, ; On parle plus scientifiquement de biofilm dentaire.

Frein de la lèvre

Le frein de la lèvre s’étire, aussi bien sur la mâchoire supérieure que inférieure, au centre du côté intérieur de la lèvre (buccal), de la gencive vers la lèvre. Si le frein de la lèvre est trop prononcé, cela peut engendrer un écartement des incisives (diastème), ou même un enroulement de la lèvre qui peut s’avérer sévère dans certaines races (ex :shar-pei)

Gingivite

Une gingivite est une inflammation de la gencive,  liée à une infection bactérienne due à un manque d’hygiène buccale. On peut reconnaître une gingivite à : des légers saignements de la gencive, un oedeme (gonflement ), des rougeurs et une mauvaise haleine. Si l’inflammation n’est pas soignée, une parodontite se développe et elle engendrera la  perte de la ou des dents. Une prophylaxie (soins) régulière ainsi qu’une hygiène dentaire rigoureuse préviennent efficacement une gingivite, en éliminant la plaque dentaire.

Hypersensibilité

L’hypersensibilité est une très grande sensibilité des dents. Elles réagissent à un stimulus externe (comme le chaud et le froid par exemple) par une douleur fulgurante. Les collets libres ou les surfaces dentaires usées sont les endroits qui réagissent le plus souvent à une hypersensibilité.

Implant dentaire

Un implant dentaire est une vis en titane qui est vissée dans l’os de la mâchoire. L’implant remplace ainsi une racine manquante. La prothèse, qui est visée elle même sur l’implant, reconstitue la partie visible de la dent (la couronne).

Index de plaque

L’index de plaque calcule la quantité de plaque, qui se dépose en 24 heures sur des dents rigoureusement nettoyées. Pendant ces 24 heures, aucun brossage ou autre soin dentaire ne doit avoir lieu. L’index est divisé en 6 paliers de 0 à 5.

Inlay

Un Inlay est une restauration alternative au plombage ordinaire. La différence est que l’ Inlay va être fabriqué au millimètre près dans le laboratoire dentaire afin qu’il remplace exactement le morceau manquant de la dent ; en dentisterie vétérinaire, on utilise parfois cette technique pour reconstruire une dent (croc ) ou lui redonner de la longueur.

Occlusion

On appelle « occlusion » la façon dont les dents s’engrènent entre le maxillaire et la mandibule.

Odontologie

L’odontologie est le terme spécifique médical désignant la dentisterie ou médecine dentaire.

Parodontite

Une parodontite désigne une inflammation bactérienne chronique de l’appareil de soutien de la dent, le parodonte. La parodontite est une maladie infectieuse liée a la plaque dentaire sous gingivale. Entre la gencive et les dents se forment alors des poches parodontales, dans lesquelles des bactéries s’accumulent. L’évolution dépend aussi fortement de la réponse immunitaire de l’individu, et c’est pourquoi une même quantité de bactéries peut entraîner des stades complètement différents de parodontite d’un individu à l’autre . Des signes d’alerte, comme un saignement rapide de la gencive, une gencive rougie et enflée , ou pire une mobilité dentaire, doivent faire l’objet d’une consultation rapide chez le dentiste.

Plaque

On définit par « plaque » le dépôt qui se forme sur les dents au quotidien.  D’abord invisible, la plaque apparaît au cours du temps blanchâtre et se compose d’une trame de polysaccharides  et de bactéries (biofilm). Si le dépôt n’est pas enlevé à temps et s’accumule, il se minéralise et du tartre se forme (plaque dentaire minéralisée).

Prophylaxie A côté de l’hygiène dentaire quotidienne ordinaire, le nettoyage des dents fait de manière professionnelle joue un rôle important dans la prophylaxie. Un nettoyage professionnel des dents s’effectue chez le vétérinaire, en général de la façon suivante : D’abord, les dépots comme le tartre ou la plaque vont être enlevés de la surface des dents, des espaces inter dentaires et des sulcus ou des poches parodontales (soins sous la gencive, tres important dans le traitement). Ensuite, les dents sont polies. Des dents, à la surface lisse et polie, rendent plus difficile la formation de dépôt.

Pulpe La pulpe est  la partie vivante au coeur de la dent  La pulpe est sensible à la douleur et se compose de vaisseaux sanguins et de fibres nerveuses. Elle se partage entre la pulpe coronaire (partie supérieure de la dent) et la pulpe radiculaire. Si le nerf d’une dent est nécrosé, on peut sauver la dent en effectuant un traitement qui consiste a enlever la pulpe et a nettoyer le canal dentaire; c’est ce que l’on appelle une dévitalisation ou traitement canalaire.

Sillon gingivo-dentaire ou sulcus   Le sulcus est une petite « poche » qui est située à la jonction entre la dent et la gencive ; lorsque la plaque dentaire n’est pas éliminée à temps, cette poche est colonisée par des bactéries agressives qui amplifient cette poche : c’est de debut de la maladie parodontale.

Traitement canalaire Un traitement canalaire est nécessaire lorsque la pulpe (nerf de la dent) est infectée. Les raisons de cette inflammation sont en général des caries ou une fracture de la dent due à un accident. Le traitement est alors le suivant : d’abord, les canaux radiculaires sont nettoyés et élargis à l’aide de solutions et d’instruments spéciaux. Ensuite, les canaux sont remplis avec plusieurs matériaux de manière à assurer l’étanchéité de la dent.

Diagnostic / radio dentaire

La radio dentaire est un outil fondamental dans le dépistage et le diagnostic des lésions dentaires: elle vient compléter l’examen clinique et  nous permet de voir ce qui se passe sous la gencive. On peut ainsi apprécier l’état du tissu de soutien de la dent, le parodonte , mais aussi l’état de l’os alvéolaire qui entoure la dent.

On y aura recours pratiquement lors de chaque bilan dentaire , dès que l’animal est tranquillisé.  On utilise pour ce faire une radio dentaire  de petite taille (capteur plan numérique) que l’on place dans la gueule de l’animal , pour avoir une image précise de la zone à observer.

Elle est indispensable dans le cadre de l’évaluation de la maladie parodontale, la réalisation d’extractions dentaires, le traitement d’une fracture (dévitalisation de la dent ), le dépistage des lésions de résorption chez le chat , le dépistage des bourgeons dentaires chez le chien…

Bourgeons dentaires

LES DENTS DU CHIEN

Chez le chien, on compte trente-deux dents de lait et quarante-deux dents d’adulte (il n’y a pas de molaires de lait et pas de PM1 de lait. Les dents de lait apparaissent en tout premier puis tombent et sont remplacées par des dents d’adulte.

Période d’éruption des dents de lait :

  • à la naissance, le chiot n’a pas de dents
  • du 20e au 35e jour : apparition des incisives puis des canines
  • au 50eme jour : éruption complète des dents lactéales
  • entre 100 et 140 jours : chute des dents de lait

Période d’éruption des dents d’adulte :

  • à partir de 4 mois : remplacement des pinces de lait et sortie de la PM1 définitive
  • entre 4 et 5 mois : remplacement des mitoyennes et coin de lait de lait
  • entre 5 et 6 mois : des canines de lait

Ces éléments ne sont qu’indicatifs car il existe de grandes variations d’une race à l’autre ; par exemple chez les pékinois, il n’est pas rare d’attendre 8 ou 9 mois pour avoir la chute des dents lactéales.

De la même façon les crocs de lait des chiens de petite race font souvent l’objet d’une rétention des crocs de lait, entraînant par la même un défaut d’occlusion. D’ou l’importance de surveiller particulièrement la dentition de votre chien à cette période de façon à pouvoir intervenir rapidement si nécessaire.

 

DENTS DEFINITIVES ET BOURGEONS DENTAIRES

Les dents définitives existent bien avant leur égression (sortie) ; en effet une ébauche des dents commence à se former  très tôt au cours de la vie embryonnaire à partir de la lame dentaire. Une première lame dentaire donne les bourgeons des dents de lait , puis il se dessine une lame dentaire secondaire, dite de remplacement, proliférant à partir de la lame dentaire primitive.

Elle est destinée à former le germe de la dent définitive. Par migration, les germes des dents définitives viennent se placer sous les dents lactéales (de lait) dont ils résorberont la racine au moment de leur éruption.

La racine de la dent elle, se forme beaucoup plus tard et l’apex n’est formé que vers l’age de 1 an. Tout au long de la vie du chien, la dent reste vivante et sa paroi (la dentine) continue de s’épaissir.

Il résulte de tous ces éléments plusieurs points pratiques

  • Si il n’existe pas de dent de lait , il ne peut y avoir de dent définitive correspondante
  • On peut savoir rapidement si les dents définitives sont présentes, vers l’age de 2 mois ; ceci peut permettre de choisir un chiot pour la reproduction et éviter des mauvaises surprises
  • Si la racine de la dent de lait ne se résorbe pas, la pousse de la dent définitive n’a pas lieu ou elle pousse en mauvaise position (ex crocs convergents)

RADIOS ET BOURGEONS DENTAIRES : INTERPRÉTATION

L’examen doit comprendre l’ensemble de la bouche pour vérifier tout risque d’agénésie.

    PM1 sortie en place ,PM2, PM3 et PM4 (bourgeons)

    Croc, PM1 sortie en place et PM2 (bourgeon)

    Pinces et mitoyennes sorties ; croc et coins encore inclus

    Carnassière inf. en train de sortir ; PM4 (bourgeon)

    La radio dentaire et la maladie parodontale

    LA RADIO DENTAIRE ET LA MALADIE PARODONTALE

    La radio dentaire nous révèle le dessous de l’iceberg ; des dents qui peuvent paraître assez saines sont parfois très atteintes et nécessite des soins parodontaux ou même une extraction ; demandez à votre vétérinaire de procéder systématiquement à cet examen afin de mieux évaluer les soins dentaires à mettre en place.

    La radio dentaire est indispensable pour pouvoir évaluer le degrès d’atteinte de l’os lors de maladie parodontale ; en effet l’ostéolyse est un des critères fondamental qui va orienter la décision de conserver une dent ou de l’extraire lors de la réalisation de soins dentaires.

    Fig 1 : Aspect de la dentition d’un chien : présence de tartre et de saignements gingivaux

    On peut voir ici par exemple que la résorption de l’os est très importante ; l’os a diminué à la fois en « hauteur » (ostéolyse horizontale) et en « profondeur » (ostéolyse verticale) ; la perte des tissus d’attache de la dent est très importante : ces dents sont à extraire car elles entretiennent une infection permanente ; si on se contente de les « détartrer », on revient au stade initial très rapidement (en quelques jours) , avec mauvaise haleine, tartre , douleur…

    Fig 2 : Aspect radiologique associé des PM et molaires

    Radio dentaire et agénesie

    AGENESIE , FRACTURE OU DENT INCLUSE ?

    L’absence d’un dent sur l’arcade dentaire peut résulter de différentes causes :

    • dent qui ne s’est pas formée: on parle d’ agénésie dentaire ; il faut savoir dans ce cadre qu’un chien qui n’a pas eu le bourgeon dentaire de la « dent de lait » ne peut pas avoir de dent definitive…
    • dent qui s’est cassée dont la racine restante a été recouverte par la gencive, suite à un trauma : cette racine nécessite alors d’être extraite.
    • dent incluse (présente mais qui n’a pas fait irruption) ; ce phénomène est fréquent dans certaines races, en particulier au niveau des PM1 (premieres prémolaires)

    La radio va nous aider à préciser l’origine du problème.

    Absence de la PM1 sur l’arcade dentaire de ce jeune berger suisse de 8 mois. Cette absence est pénalisante voire éliminatoire dans le cadre de la confirmation du chien.

    Absence est pénalisante voire éliminatoire dans le cadre de la confirmation du chien

    La radio nous montre que la dent est bien présente , mais encore enfouie sous la gencive. On procède alors à l’exposition de cette dent en dégageant la gencive périphérique.

    La dent est bien présente , mais encore enfouie sous la gencive

    Aspect de la zone après dégagement de la gencive ; on voit pointer la PM1 qui va pouvoir réaliser son égression (sa sortie).

    On voit pointer la PM1 qui va pouvoir réaliser son égression (sa sortie)

    Radio dentaire et Fracture

    RADIO DENTAIRE ET FRACTURE

    La radio dentaire va permettre lors de fracture d’évaluer le degré d’atteinte de la dent et des tissus environnants; une dent cassée doit soit être traitée  par un traitement canalaire (dévitalisation) ou extraite. La laisser sans soins génère de la douleur pour votre animal (en particulier à la pression), même s’il continue de manger et de jouer.

    Si l’infection perdure, un kyste, puis un abcès finira par se former tôt ou tard…

    Fig 1 : Abcès dentaire suite à une fracture d’un croc mandibulaire chez un bull terrier ; notez la fistule associée dans lequel on a introduit la sonde

    Aspect radiologique du croc fracturé ; on distingue (fig 2) une zone circulaire plus noire (radio transparente) au niveau de l’extrémité de la racine (apex). Ceci est lié à la réaction inflammatoire qui a détruit pour partie l’os.

    Notez par ailleurs la largeur de la pulpe dentaire par rapport à la paroi de la dent (dentine) ; la fracture s’est produite alors que le chien était encore jeune.

    Fig 2 : on distingue une zone circulaire plus noire (radio transparente) au niveau de l’extrémité de la racine (apex)

    Maladie parodontale

    Mauvaise haleine, dents mobiles et qui tombent, ulcères buccaux,infection… c’est la maladie parodontale…

    La maladie parodontale est une maladie infectieuse liée aux bactéries présentes dans le biofilm dentaire sous gingival  (la plaque dentaire).

    Selon les dernières études, 80 % des chiens de plus de deux ans et 30 % des chats présentent une forme de maladie parodontale!!!

    Fracture dentaire

    les fractures dentaires sont plus fréquentes que l’on ne pourrait penser de prime abord : une étude menée chez le chat et le chien montre que 20 à 25% des animaux présentés à la consultation, quel qu’en soit le motif, présentent une fracture dentaire. 

    Ces fractures sont en général des fractures compliquées ce qui signifie que la pulpe dentaire a été atteinte et contaminée.

    En l’absence de traitement , et en dehors de la gêne ou de la douleur qu’elles provoquent, ces fractures conduiront toujours à une infection , un abcès, voire une ostéomyélite (infection de l’os associée).

    Il est donc impératif de traiter ces dents fracturées. Plusieurs types de traitement sont possibles, et dépendent de l’âge de l’animal ,  de la maturité de la dent,  du type de fracture…Dans tous les cas , après plusieurs étapes possibles, cela débouchera sur la conservation de la dent par un traitement canalaire (communément appelé dévitalisation) , ou l’extraction de la dent.

    Extraction et chirurgie ORL

    Certaines situations nécessitent de procéder à des extractions dentaires : dents déchaussées (maladie parodontale) , dents fracturées, inflammation de la cavité buccale (stomatite)... Ces extractions sont souvent chirurgicales, et nécessitent de disposer d’un matériel dentaire adapté: radio dentaire, turbine ou micro-moteur, instrumentation manuelle …

    La chirurgie buccale peut parfois s’étendre à l’os adjacent lors de masses buccales (tumeurs) , qui peuvent nécessiter d’enlever une partie de la mâchoire pour éviter l’extension de la maladie. Elle peut aussi concerner les tissus mous de la cavité buccale (les  babines , le vestibule, la langue, le voile du palais  …).

    Dans tous les cas, une consultation préalable et/ou des examens complémentaires nous permettent de vous proposer la meilleure solution pour votre animal.

    Notre approche de « dentiste-chirurgien »,  souvent plus conservatrice , a toujours pour objectif de  conserver un confort de vie maximal à votre compagnon. 

    Prothèse, couronne et implant dentaire

    En  près de 20 ans , nous avons développé un savoir faire dans le domaine de la prothèse dentaire, en particulier pour les chiens de travail et de beauté, au travers de quelques  centaines d’animaux traités: couronnes métal, couronnes céramique ou zircone.

    la reconstruction des dents avant la pose d’un couronne peut nécessiter l’utilisation de techniques particulières,  comme la fabrication d’un inlay ou l’utilisation d’un pivot.

    Plus récemment les implants dentaires sont apparus et commencent à se développer en médecine vétérinaire; leur utilisation reste cependant limité, dans la mesure ou ils ont souvent un rôle plus esthétique que fonctionnel.

    pour toute information complémentaire merci de nous contacter par mail en utilisant la fenêtre ci contre.

    Orthodontie

    Les premières consultations du chiot doivent faire l’objet d’un examen minutieux de la cavité buccale : entre deux et six mois la bouche est en effet totalement remaniée en terme de dentition, et les phénomènes de croissance qui l’accompagnent sont complexes. Il n’est pas rare dans ce contexte de voir apparaître des troubles de malposition dentaire ou squelettiques.

    Le recours à l’orthodontie vétérinaire permet de corriger des défauts dans la mesure où ils sont pris à temps et qu’il ne s’agit pas d’un défaut squelettique majeur.

    Dans les cas les plus simples, on aura recours la chirurgie interceptive, qui consiste à intervenir de façon précoce et à réaliser des extractions sur la dentition lactéale du chiot. Cette technique appliquée au bon moment peut permettre par exemple de lever un blocage de croissance lié à une malposition dentaire (ex : crocs lingualés) ou un engrènement dentaire anormal qui agit comme un frein (articulé incisif inversé).

    Malheureusement, les animaux nous sont souvent amenés lorsque le défaut est déjà en place et la dentition définitive déjà implantée, ce qui nous oblige à avoir recours à l’orthodontie.

    Le but de l’orthodontie est d’obtenir un déplacement de la ou des dents qui présentent un défaut esthétique ou fonctionnel en exerçant une force limitée mais prolongée sur celles-ci.

    Les moyens utilisés pour déplacer les dents doivent respecter les points suivants :

    • espace suffisant
    • contrôle de l’intensité de la force exercée et de la durée d’application
    • choix raisonné du point d’ancrage

    Si la pression exercée est trop forte, il peut se produire une nécrose périodontale,une résorption radiculaire partielle, voire une chute de la dent.

    Plusieurs systèmes ont été successivement essayés et décrits, mais trois font l’objet d’un usage courant et reconnu :

    Les plans inclinés

    Les plans inclinés peuvent être utilisés dès lors que l’égression des dents est terminée, soit aux alentours de 5 à 6 mois.Ce dispositif simple consiste à réaliser une pente en résine qui prend appui sur le croc et le coin supérieurs et qui va permettre de faire diverger le croc inférieur progressivement, par la seule force occlusale.Ce dispositif est très efficace,et les résultats sont en général obtenus en moins d’un mois . Malheureusement son utilisation reste limitée essentiellement à des cas de crocs convergents.

    Les plans inclinés peuvent être utilisés dès lors que l’égression des dents est terminée, soit aux alentours de 5 à 6 mois.Ce dispositif simple consiste à réaliser une pente en résine qui prend appui sur le croc et le coin supérieurs et qui va permettre de faire diverger le croc inférieur progressivement, par la seule force occlusale.Ce dispositif est très efficace,et les résultats sont en général obtenus en moins d’un mois . Malheureusement son utilisation reste limitée essentiellement à des cas de crocs convergents.

    Les systèmes de bagues/brackets associé à une chaînette élastique ou un arc à mémoire.

    Ces systèmes consistent à fixer par collage des brackets ou des bagues qui vont permettre la fixation d’une chaînette élastique en tension.Leur mise en place est assez facile et les applications sont assez nombreuses : malposition dentaire, canine mésialée, rotation dentaire, traction de dent incluse, articulé incisif inversé… Il faut cependant être très prudent dans le maniement des chaînettes car le bon fonctionnement du système dépend uniquement du réglage de la tension appliquée à celles-ci; une tension trop importante, en particulier chez les chien de petite race peut entraîner la chute de dents. Par ailleurs le maintien en place de la chaînette s’avère complexe dans certains cas et peut occasionner des lésions des tissus de soutien.

    Les plaques à vérin de Hawley et les arcs vestibulaires mandibulaires

    La plaque à vérin ou plaque de Hawley est une plaque palatine en résine acrylique fixée par des bagues sur les crocs et équipée d’un vérin que l’on active par une clef. L’expansion du vérin provoque une poussée progressive sur les dents à déplacer .Ce système est employé pour faire avancer ou mésialer les insisives supérieures. Il doit être réalisé par le prothésiste et nécessite une prise d’empreinte préalable. On l’utilise souvent en association avec un arc vestibulaire mandibulaire pour la correction d’articulé incisif inversé.

    Quelle que soit la méthode employée, elle nécessite l’élaboration d’un plan de traitement qui dépend de plusieurs critères (âge de l’animal, motivation du propriétaire, nature de la correction et son importance…) et qui tient compte les bases biomécaniques du déplacement dentaire.

    Lorsque la correction désirée est atteinte, on réalise une phase de contention afin de permettre la consolidation osseuse. Cette phase est réalisée soit par le maintien du dispositif en place en l’absence d’activation, soit par la confection d’une attelle de contention en résine.

    Dans tous les cas, il faut également garder à l’esprit que les dysocclusions sévères ont souvent une forte base génétique et que le but de la correction orthodontique n’est pas de masquer ces tares.

    Particularités du chat

    ​Le chat n’est pas un petit chien : cette affirmation prend tout son sens lorsque l’on parle dentisterie.

    Parmi les pathologies les plus fréquentes de l’espèce. On  peut citer  les lésions de résorptions dentaires et les stomatites félines.

    Les lésions de résorption dentaires se présentent sous forme de cavité creusées dans la dentine, voire le cément, au niveau de la jonction cemento-amellaire.