Nos services

Médecine comportementale

Médecine comportementale – Accueil

Bienvenue sur la partie du site Hermès-Plage qui s’intéresse à la relation homme-animal, et notamment à tenter de résoudre tous les problèmes qui viendraient altérer ce lien et qui entraînent souffrance des animaux et des maîtres.

La médecine comportementale est la discipline la plus récente de la médecine vétérinaire et celle qui a fait – et qui fait encore – les plus gros progrès.

Les maîtres consultent pour diverses raisons :

  • leur chien ou leur chat présente des comportements de peur ponctuellement (il se cache à l’arrivée de visiteurs ou panique lors d’orages) ou en continu (il a peur de sortir dans la rue et se lèche jusqu’à l’automutilation) ;
  • ils ont des difficultés à maîtriser leur animal au quotidien (il mordille beaucoup sans être méchant, mais il fait mal, il s’excite souvent et il devient ingérable, car il n’écoute plus, les cours d’éducation sont compliqués parce qu’il est très distrait et n’écoute rien) ;
  • il peut se montrer agressif envers ses maîtres alors que l’instant d’avant il venait chercher un câlin, ou agressif envers certains visiteurs ;
  • il est malpropre, aboyeur ou destructeur ;
  • il émet des comportements « bizarres » comme tourner après sa queue ou poursuivre des ombres…

Beaucoup de ces comportements s’avèrent gênants pour le maître. En conséquence, l’animal peut rapidement perdre son statut de « bonne » compagnie pouvant parfois conduire si rien n’est fait à des situations tragiques : abandon ou euthanasie d’un animal par ailleurs en bonne santé (des études montrent que la majorité des euthanasies des chiens de moins de 3 ans est liée à des raisons comportementales).

D’autres comportements constituent des manifestations de souffrance de l’animal, qu’il faut être capable de reconnaître et auxquelles il faut remédier afin d’améliorer son bien-être.

Le travail du vétérinaire-comportementaliste est d’évaluer et gérer la souffrance de l’animal, expliquer aux maîtres ce qu’il se passe, les aider à trouver des solutions et les accompagner dans la mise en place de ces solutions destinées à améliorer le bien-être de l’animal et retrouver avec lui une relation sereine et apaisée.

Dans les pages qui suivent, vous trouverez une présentation du déroulement d’une prise en charge d’un animal présentant un problème de comportement.

Dans un avenir proche, vous y trouverez également des renseignements sur les évaluations comportementales des chiens catégorisés ou mordeurs, des cas cliniques et une discussion autour d’idées reçues dans le domaine du comportement.

Une prise en charge en médecine comportementale

Comment cela se passe-t-il ?

Votre animal de compagnie présente un ou plusieurs comportements qui vous posent un problème, à vous ou à vos proches.
La prise en charge en médecine comportementale revient à disposer de l’expertise et des conseils personnalisés d’un spécialiste qui vous aidera vous, et votre animal, à comprendre la survenue de ce(s) problème(s) et à trouver des solutions adaptées. Le but est de gérer ces comportements afin qu’ils ne soient plus gênants, tout en respectant le bien-être de votre animal.

Une telle prise en charge peut s’avérer longue (plusieurs semaines à plusieurs mois) et un soutien continu et personnalisé est donc capital.

Le déroulement de la première consultation

Pas de panique ! Même si l’objectif de la consultation consiste à modifier des réactions comportementales, qui par essence sont non palpables, pas de magie ni de divan ! C’est une démarche médicale rigoureuse qui vous est proposée, où vous retrouverez des aspects connus comme le recueil des symptômes, le diagnostic, le pronostic et le traitement.
Qui assiste à la consultation et que faut-il amener ?

L’animal bien sûr et les personnes qui le gèrent au quotidien. Il est utile d’apporter un historique détaillé de la vie de l’animal (apparition ou disparition d’un comportement, changement dans le groupe familial, événement particulier comme un déménagement, etc..) et un plan de l’habitation où sont reportés les lieux de couchage et les gamelles. Des vidéos de comportements particuliers, des photos de destructions ou de malpropreté, des enregistrements audio de vocalises peuvent s’avérer très utiles pour apprécier l’intensité du problème.
Le recueil des symptômes commence par l’énoncé du motifs de consultation. Les propriétaires exposent ce qui les interroge ou les dérange dans le comportement de leur animal et décrivent les solutions qui ont déjà été tentées.

Ce recueil des symptômes se poursuit ensuite par un entretien directif où toutes les facettes du comportement de l’animal sont explorées: comportement alimentaire, ludique, émotionnels, auto-contrôles, etc… car si c’est un type da comportement qui gêne le propriétaire, la solution du problème se trouve parfois ailleurs, il est donc important de rien oublier.

Ce recueil des symptômes se termine par un examen clinique et une série d’interactions qui permettent de préciser certaines informations fournies oralement par les maîtres.
Vient ensuite le temps du diagnostic et de l’explication de la survenue et de l’évolution du problème. C’est un moment déterminant car il apporte une explication logique au trouble observé et jette les bases du traitement.

Le traitement combine souvent plusieurs éléments: thérapie comportementale et/ou allopathie et/ou phytothérapie et/ou aromathérapie. Pour obtenir des résultats, il est nécessaire que le traitement préconisé soit appliqué. C’est pour cette raison qu’il est construit en pleine concertation avec les maîtres.

Une fois le diagnostic exposé et le traitement choisi, il devient possible d’émettre un pronostic et de proposer les premières étapes du suivi.
Vous l’avez compris, cette première consultation est très dense. Si en règle générale, une séance de 30mn permet de mener confortablement une consultation de suivi, cette première rencontre impose de cumuler les deux premières séances, soit une heure, voire plus si le problème évolue depuis longtemps (historique long et compliqué) ou implique plusieurs animaux (bagarres entre chiens ou chats de la maison) car cela nécessite d’explorer les comportements de plusieurs animaux.

Le déroulement du suivi

Le suivi va dépendre de la nature du problème et de l’implication des maîtres dans le traitement. Certains problèmes peuvent se régler en quelques semaines, d’autres nécessiteront un traitement de soutien beaucoup plus long (plusieurs mois ou plusieurs années).

C’est systématiquement l’évolution du problème qui dictera la marche à suivre : après plusieurs mois de stabilité, un sevrage est toujours proposé. C’est l’observation d’une rechute qui imposera de reprendre le traitement.
Les modalités du suivi sont variables (consultation de suivi classique ou par téléphone, par mail, par Skype) et leur fréquence systématiquement adaptée au cas présenté : à 2 ou 4 semaines au début puis tous les 2 à 4 mois ensuite.

C’est un véritable accompagnement personnalisé qui est proposé.